Du nouveau pour le CAP Petite Enfance

Inchicone-sage-femmeangé depuis sa création en 1991, le CAP Petite Enfance s’apprête à faire peau neuve. Une démarche logique, qui fait écho à l’évolution de la profession.

Une réforme historique pour le CAP Petite Enfance

A l’origine, le CAP Petite Enfance fut créé pour répondre aux besoins des collectivités. Son objectif était dès le départ de fournir une formation professionnalisante permettant de travailler au contact des enfants de moins de six ans. On l’étudie désormais dans les lycées, en apprentissage, en formation continue et même par correspondance.

En 25 ans, les structures d’accueil et les rôles des professionnels ont évolué, tout comme les candidats au diplôme. Alors que celui-ci était surtout convoité à ses débuts par les jeunes en formation initiale, les adultes sont aujourd’hui bien plus concernés, et représentent près de 90% des candidats. Une tendance remarquée par la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (DGESCO), qui s’explique par le potentiel de reconversion de ce diplôme, à une époque où les métiers d’aide et d’accompagnement prolifèrent à domicile et dans les structures de proximité.

Tous les acteurs de la petite enfance sont mobilisés

En janvier 2015, la CPC 20 (commission spécialisée dans les diplômes du domaine sanitaire, social et médico-social) a donc rencontré les acteurs de la petite enfance pour discuter de l’avenir du diplôme :

Ce large tour d’horizon a permis de mettre en valeur les besoins et axes de recherche dans les différentes applications du métier.

Après un an de discussions et de préparation, un premier référentiel sera soumis à la CPC au Printemps 2016. Celui-ci aura pour but d’actualiser les activités professionnelles du diplôme, avant de rédiger le nouveau référentiel de compétences et du contenu de l’examen.

La CPC 20 prévoit une application de cette réforme pour la rentrée 2017.

Commentaires

commentaires