La santé, c’est quoi ?

Icone sage-femmeLa santé signifie se sentir bien, physiquement, mentalement et socialement. Si toutes ces conditions ne sont pas remplies, on considère que vous n’êtes plus en bonne santé.

Une bonne santé implique que tous les besoins d’une personne sont satisfaits. Par exemple :

  • Les besoins affectifs
  • Les besoins alimentaires
  • Les besoins culturels
  • Etc.

La santé chez l’enfant

Être en bonne santé pour un enfant signifie déjà qu’il n’est pas malade. La bonne santé de l’enfant va être possible grâce aux soins donnés mais aussi aux vaccinations, qui vont le prémunir de certaines maladies.

Les soins et les vaccinations vont permettre à l’enfant de ne pas être malade et donc assurer une croissance normale et éviter des carences en vitamines. Notez toutefois que certaines maladies dites « infantiles » contribuent à la construction de son immunité. Par exemple la varicelle.

Une bonne santé chez l’enfant passe aussi par :

  • Des activités intellectuelles (comme des jeux)
  • Des activités physiques : les activités physiques, même pour le tout-petit, vont aider à une bonne santé en fortifiant le corps et en l’aidant à se développer mais aussi en favorisant les relations avec les autres enfants et la société en général.

Pour être en bonne santé, un enfant a donc besoin d’avoir ses vaccins à jour, d’être soigné s’il est malade et de le faire participer à des activités intellectuelles et physiques régulières. L’hygiène corporelle a également son importance pour sa santé.

L’hygiène corporelle chez l’enfant

En quoi consiste l’hygiène corporelle chez l’enfant ? Prenons un exemple concret : le bain. Lorsque vous donnez le bain à un enfant de 3 ans, vous le protégez d’un certain nombre de maladies. Ces maladies peuvent être transmises par les mains sales (l’enfant joue, touche le sol, le sable, la terre et tout un tas de choses plus ou moins propres). Les maladies sont aussi transmises par la transpiration, par la macération des urines dans les couches, etc.

Le bain est aussi un facteur de bien-être pour l’enfant. Après être sorti de l’eau, il se sentira détendu, reposé, rafraîchi… Tout cela, vous le sentirez à ses réactions : c’est d’ailleurs souvent l’occasion de faire un câlin ou de montrer des marques d’affection, qui vont renforcer son bien-être. Mais le bain se traduit aussi par une peau douce, qui sent bon, qui est toute chaude. C’est pour cela d’ailleurs qu’il est plutôt donné le soir, après une journée d’activités.

Le bain est enfin l’occasion de jeux et d’apprentissages. En s’amusant avec les jouets de bain, l’enfant apprend à reconnaître les couleurs, à emboîter des formes, à imiter le cri du canard… Vous l’accompagnez ainsi dans son éveil, sans pour autant lui imposer une activité intellectuelle pure. Chez les petits, ces activités d’apprentissage se font le plus souvent de manière amusante. Les enfants en ont besoin pour leur développement intellectuel, même s’ils ne sont pas capables de rester concentrés très longtemps.

Votre rôle dans la santé de l’enfant

Parlons en quelques mots de votre rôle en tant que professionnelle dans la santé de l’enfant. Vous aurez souvent la garde de plusieurs enfants. Les parents qui vous les confient se feront du souci, et attendront de vous d’assurer le maximum de sécurité à leurs enfants et évidemment d’être gentille avec eux et de bien vous en occuper.

Mais, en tant que professionnelle, votre rôle va plus loin. Vous avez une responsabilité dans la santé de l’enfant au sens large. Et cette responsabilité consiste notamment à développer les capacités de l’enfant afin qu’il débute bien dans la vie. Comme nous l’avons vu avec l’exemple du bain, vous intervenez non seulement pour l’hygiène de l’enfant, mais aussi pour lui apprendre des choses.

D’ailleurs, Il est important de le faire comprendre aux parents lors de vos premiers contacts avec eux. La plupart d’entre eux seront donc plus tranquilles en voyant que vous prenez votre métier à cœur.

Évolution naturelle de la santé

La durée de vie moyenne d’une personne était de 55 ans en 1790, de 70 ans en 1950 et de 84 ans en 2006. Avec les progrès de la médecine et l’amélioration de nos conditions de vie, l’espérance de vie des humains a augmenté de près de 30 ans en 2 siècles ! Le 4ème âge est apparu du fait de cette augmentation. Les grands stades de la vie sont au nombre de 7.

Le bas âge

Le bas âge est la première étape de la vie. Elle va de la naissance jusqu’à 2 ans, âge à partir duquel l’enfant commence à parler.

L’enfance

L’enfance commence à 3 ans, avec l’entrée en maternelle, et se termine à l’adolescence, avec l’apparition des premiers signes de la puberté. C’est la période pendant laquelle la capacité d’apprentissage est la plus importante.

L’adolescence

L’adolescence commence, en fonction du sexe et des personnes, entre 11 et 14 ans, et se termine entre 18 et 20 ans. C’est une étape importante de la vie car le corps subit de nombreuses modifications. Par exemple le développement des organes génitaux, l’apparition de la pilosité, le début des cycles menstruels chez les filles, la voix qui mue chez les garçons.

L’adolescent peut vivre cette période plus ou moins difficilement : par exemple les premiers émois sentimentaux et sexuels, les conflits avec les parents ou les adultes en général, l’angoisse sur la vie…. Dans cette période de transition, l’adolescent n’est plus un enfant et pas encore un adulte. Il a encore le besoin de la protection de ses parents (il veut par exemple encore faire des câlins) mais il veut aussi être libre (il recherche l’indépendance).

L’âge adulte

L’âge adulte c’est la période de la maturité… et le commencement de ce que l’on appelle le « déclin ». Notre corps commence par exemple à perdre certaines capacités physiques après 20 ans ! Étonnant non ? C’est aussi à l’âge adulte que l’on a des enfants. C’est également la période où l’on va être productif, c’est-à-dire que l’on va travailler. L’adulte se construit enfin à différents niveaux : à travers sa famille, son activité professionnelle et ses relations sociales.

Le troisième âge

Le 3ème âge commence à 60 ans. À cet âge, les femmes ne peuvent plus avoir d’enfants. La ménopause arrive en effet vers 50 ans. De nos jours, le troisième âge est moins associé à la vieillesse. Les personnes âgées sont en effet de plus en plus actives : elles consomment, voyagent, gardent leurs petits-enfants… Pourtant, le passage au troisième âge est parfois difficile car, pour quelqu’un qui était actif, cela marque concrètement la fin de la vie active.

Le quatrième âge

L’espérance de vie augmente. Il a donc fallu envisager une nouvelle tranche d’âge qui commence à partir de 75 ans. C’est le 4ème âge. En effet, le nombre de personnes ayant dépassé cet âge représente aujourd’hui en France 13 % de la population. Même si de plus en plus de personnes âgées vivent en bonne condition physique plus longtemps, le quatrième âge est une période où elles deviennent de plus en plus dépendantes physiquement et psychiquement.

La mort

La mort, c’est la fin de la vie… Elle est de plus en plus retardée grâce aux progrès de la science : 85 ans pour les femmes et 78 ans pour les hommes. On peut noter d’ailleurs que la mortalité infantile est beaucoup plus faible qu’au temps de nos grands-parents ou arrière-grands-parents.

Enfant qui dort

Santé et bas âge

La santé concerne tout le monde : du tout petit à l’adulte, quel que soit l’âge ou le sexe. Concernant le nourrisson, qui est dans le bas-âge, il est indispensable de ne pas le mettre dans des conditions dangereuses qui seraient propices à la manifestation d’une maladie.

Vous devez donc être formée et informée pour savoir ce qu’il faut faire – et surtout ne pas faire – pour préserver la santé de l’enfant. Et le fait que le nourrisson soit en bonne santé va dépendre de tous les « soins » que vous allez lui donner.

Quels sont ces soins?

  • Une alimentation adaptée
  • Une bonne hygiène corporelle
  • Des stimulations intellectuelles et physiques

1) L’alimentation

L’alimentation d’un bébé peut être diversifiée à partir de l’âge de 4 mois (on commence par exemple à lui donner des compotes de fruits). Mais surtout pas avant cet âge ! En effet, un repas inapproprié peut avoir des conséquences graves, son organisme n’étant pas encore mature et ne pouvant pas supporter tous les aliments.

2) l’hygiène corporelle

La fréquence des changes, les types de produits à utiliser… sont autant d’éléments qui concourent à éviter les maladies et à assurer le bien-être de l’enfant.

3) les stimulations

Enfin, la santé de l’enfant passe aussi par les stimulations que vous lui apportez lors des jeux (il existe par exemple des jouets adaptés aux tout-petits), ainsi que par vos sourires, vos chansons, vos bercements…

Santé et hygiène

Les soins d’hygiène corporelle

L’hygiène corporelle, ce sont tous les soins que vous apportez à l’enfant pour le bien de sa peau et de ses muqueuses. Les muqueuses, c’est la peau qui recouvre les organes « creux » comme par exemple la bouche, les oreilles, les organes génitaux, le rectum…

Comment allez-vous réaliser les soins d’hygiène corporelle ? L’hygiène corporelle c’est par exemple la toilette au gant, le bain, la « petite toilette » (c’est-à-dire la toilette des organes génitaux et des fesses), le shampooing, les soins des yeux, des oreilles et du nez, les soins des ongles (nettoyage et coupage). Ces soins permettent d’éviter l’apparition de certaines maladies.

L’hygiène corporelle facteur de bien-être

L’hygiène corporelle est aussi un facteur de bien-être. Pour vous en faire une idée plus concrète, rappelez-vous juste la sensation que vous éprouvez après une douche, un bain… ou même le simple fait de vous laver les mains ou de vous passer un peu d’eau sur le visage.

Chez l’enfant, il est important de ne pas se limiter aux toilettes « réglementaires » pour protéger des maladies. Après un jeu à l’extérieur, une séance de peinture, une promenade ou une course, l’enfant peut se sentir mieux après un brin de toilette, quels que soient son âge et ses activités. Il en va de même si les conditions météo l’exigent (en cas de forte chaleur par exemple), car la toilette évite la déshydratation, mais « fait du bien » aussi.

L’hygiène facteur de communication auprès de l’enfant

Il est important de garder à l’esprit que tout ce que vous faites avec l’enfant est une occasion de communiquer, avec des gestes ou par le son de votre voix. Les soins d’hygiène deviennent alors des moments de contact, pendant lesquels vous pourrez exprimer des choses à l’enfant, et il en fera de même.

Profitez du bain ou du change pour parler avec lui, même s’il est tout petit. Par exemple, expliquez-lui ce que vous faites, sollicitez son aide (donner le bras pour passer la manche par exemple…). Même s’il ne comprend pas, il sera tranquillisé par le son et le ton de votre voix.

L’hygiène facteur d’apprentissage

La toilette est enfin une occasion d’apprentissage, même lorsque l’enfant est petit : faites-lui reconnaître sa main, son pied, ses oreilles, apprenez-lui à distinguer les couleurs (pour les plus grands), chantez-lui des chansons…

Bref, faites-le participer à ce moment qui dès lors n’est pas vécu comme une contrainte, mais comme un moment agréable. Il éprouvera ainsi une sensation de fraîcheur et de détente.

Commentaires

commentaires